Révision pour le bac de Français Index du Forum Révision pour le bac de Français
Chaques internautes déposent des lectures analytiques ou bien des informations en rapport avec le français.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Ma Bohème (fantaisie)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Révision pour le bac de Français Index du Forum -> Révision pour le bac de Français -> Lectures Analytiques
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Sophie


Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2008
Messages: 12
Le p'tit Français !: 0
2: 0
Le p'tit prof: 0
10: 0,00

MessagePosté le: Mer 4 Juin - 15:03 (2008)    Sujet du message: Ma Bohème (fantaisie) Répondre en citant

Lecture Analytique n°4 
  
Ma bohême (Fantaisie) de Rimbaud 
  
            En septembre 1870, Rimbaud quitte Charleville, traverse une partie de la France pour se rendre à Douai chez son professeur. Dans sa fugue, il conçoit une ébauche de recueil qui reste un projet inachevé. Ce sonnet « Ma bohême » est  centré sur le thème de la fugue, mais il fait aussi la synthèse des thèmes récurrents dans les poèmes de Rimbaud : l’errance,  la création poétique et la nature (qui est le point de départ de la création). Nous allons montrer que le texte nous offre l’autoportrait de l’artiste mais aussi la définition de son art poétique.            
I. Autoportrait du poète
 
  1. Le vagabond

 
            Rimbaud se décrit comme un vagabond avec ses habits élimés. Ses « poches crevées » v1 montrent à la fois le vêtement usé mais aussi sa pauvreté, « large trou » v5 l’usure importante du vêtement, la personnification des « souliers blessés » v14 des souliers abîmés par la marche. Le vagabond, imagé par le mouvement « je m’en allais » v1 et « j’allais » v3 (matérialisation  et  est dans un état déplorable. De plus c’est un homme révolté et déterminé par « les poings » v1, le départ est volontaire comme nous le montre le pronom réfléchi « m’ ». Malgré les marches longues et rapides (« course » v6 et « routes » v9 (on remarque le pluriel)), Rimbaud a une vision agréable de sa promenade. Ainsi au vers 9 « ces bons soirs de septembre » le climat paraît doux et favorable. Pour finir on remarque l’imparfait qui marque l’habitude et la longueur de l’action.
            Il insiste sur le céleste : il cite les étoiles en se les appropriant  « mes étoiles » v8. Ce monde est un monde qui s’ouvre à lui et qui lui donne la liberté de s’évader et de rêver.
            Le titre « ma bohême » peut être expliqué de plusieurs manières. D’une part il signifie vivre au jour le jour et d’une autre part c’est être sans attache fixe. Le « ma » insiste sur le phénomène autobiographique. Il y a une personnalisation de l’errance.
 
  1. L’orphelin cherchant Amour et Protection de la nature

 
Ici, Rimbaud fait référence au Petit Poucet (Perrault). En effet il reprend l’idée de l’enfant livré à lui-même avec pour seul refuge la nature. Cette nature est présentée comme bienveillante : elle lui offre tout (« auberge » v7), lui apporte tout (« rosée » v11) et elle semble liée à lui par des adjectifs possessifs (« mes étoiles » v8, « mon auberge » v7).
« un doux frou-frou » v8 : les étoiles peuvent être vues a deux niveaux (syllepse)
→ des danseuses (étoiles) renforcées par le champs lexical de l’amour v3, v4, v14 (chevalier servant). Ainsi sa fugue devient une quête amoureuse.
Comme le petit poucet qui cherche sa famille, Rimbaud veut trouver du réconfort dans la nature. (Les cailloux sont remplacés par des rimes (« j’égrenais dans ma course / des rimes » v6et7)
 
 
 
 
 
 
 
II. L’art poétique
 
  1. L’idéal poétique

 
La fugue va permettre au poète d’écrire (l’errance lui donne matière à écrire). L’acte est présent comme une volonté (les « poings » v1 représentent le désir d’écrire) : « rimant » v12, « j’égrenais dans ma course / des rimes » v6et7 (le rejet met en valeur le mot « rimes »). De plus il y a une référence à la lyre au vers 13 qui rappelle Orphée cherchant l’inspiration poétique. Il s’inspire de la nature : « je les écoutais » v9 (musicalité de la nature) et il interprète le paysage : il réinvente la nature « les ombres fantastiques » v12.
 
  1. « Fantaisie »

 
Le mot « fantaisie » est un terme littéraire et artistique qui marque une œuvre qui ne suit pas les règles imposées en suivant plutôt les caprices de l’imagination de celui qui compose.
→ Rimbaud nous annonce le genre de son poème qui n’est pas un sonnet classique.
            « Ma bohême » est fantaisiste car les rimes ne sont pas respectées dans les quatrains et la continuité du poème est montrée par l’enjambement entre le deuxième quatrain et le premier tercet. De plus la place de la césure des décalées dans certains vers (1, 3, 4, 7, 12, 13). Le découpage non classique des vers produit l’accélération des vers.
 
            Les rimes en « ou » (deuxième quatrain) donnent un côté soyeux.
Certaines sont insolites (« fantastiques » v12 avec « élastiques » v13).
« Des lyres » v13 → délire
Le hiatus du vers 2 « paletot aussi » semble un effet de grossièreté (peut être)
Un mélange de vocabulaire noble et grossier.
Amour cliché ≠ vocabulaire prosaïque (« Oh! là! là! »v4, « culotte » v5)
Il crée des images surprenantes qui mélangent concret et abstrait : « paletot » avec « idéal »
 
Le but de Rimbaud est d’écrire une parodie de la poésie. On sent son ironie avec le dernier vers « un pied près de mon cœur » v14).
     
 
C’est un texte important dans la vie de Rimbaud. Le poète inspiré par les Parnassiens va évoluer dans une poésie plus moderne avec par exemple des poèmes en prose. Il brise les clichés poétiques et utilise des termes familiers et annonce qu’il est un poète libéré.          
 
→ Annonce d’une poésie moderne
 
Lecture complémentaire : « Au Cabaret vert »


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 4 Juin - 15:03 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Max'


Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2008
Messages: 6
Le p'tit Français !: 0
2: 0
Le p'tit prof: 0
10: 0,00

MessagePosté le: Mer 4 Juin - 20:40 (2008)    Sujet du message: Ma Bohème (fantaisie) Répondre en citant

Ouuuch le boulot pour tout recopier !

J'vais toutes les prendre juste parce que les miennes c'est n'imp

Merciii à ceux qui les mettent en ligne, moi chui une tros grosse feignasse pour tout recopier et mettre en ligne xD


Revenir en haut
laetitia


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2008
Messages: 17
Le p'tit Français !: 0
2: 0
Le p'tit prof: 0
10: 0,00

MessagePosté le: Lun 9 Juin - 16:02 (2008)    Sujet du message: Ma Bohème (fantaisie) Répondre en citant

Lecture analytique 4 : 
« Ma bohème » 
 
Introduction :
            Ecrit entre septembre et octobre 1870 : Rimbaud quitte Charleville, il va traverser une partie de la France pour se rendre à Douai chez Izembar. Il passera par la Belgique. Ce poème va figurer dans une ébauche de recueil. Il s’agit d’un sonnet centré sur la fugue, création littéraire et la nature : synthèse de thèmes retrouvés fréquemment chez Rimbaud.
 

Montrer comment Rimbaud définit son art poétique.
 

I/ Autoportrait du poète :
a)      le vagabond :
      •    Rimbaud se décrit comme un vagabond ; ses vêtements sont déchirés, abîmés. Il est dans un tel état qu’il imagine son paletot : « mon paletot aussi devenait idéal ».
      •    « poches crevées » = pauvreté. « large trou » = usure des vêtements, pauvreté. C’est un vagabond dans un état lamentable.
      •    Son attitude est dès le départ révoltée car il part « les poings fermés ». sa fugue est volontaire : « je m’en allais… » « j’allais sous le ciel » …
      •    « j’égrenais dans ma course des rimes […] assis au bord des routes » (v6 à 9) : ces vers montrent qu’il va parcourir une grande distance
      •    « mon auberge était à la grande ours » : métaphore = il dort dehors. Les verbes sont à l’imparfait ce qui montre l’habitude et la durée.
      •    « ces bons soirs de septembre » est une référence à la longueur. « mes étoiles sous le ciel », la grande ours »… montre qu’il vit dehors et qu c’est donc un monde ouvert.
      •    Le jour il est sous le ciel et la nuit sous les étoiles : espace céleste important. Le but du voyage n’est pas un lieu.
      •    « Bohème » = liberté de l’artiste, le but est de profiter de chaque jour qui passe.
           « Ma bohème » = son idéal : phénomène personnel. Pour Rimbaud, c’est la nature.
 

b)   l’orphelin cherchant l’amour et la protection de la nature :
      •    La nature est bienveillante et apparaît comme son unique bien. « mon auberge » (v7) montre que la nature lui offre le gîte et le couvert = nourriture spirituelle.
      •    « doux frou frou » = syllepse (deux sens) :
                                             - léger bruit de feuilles
                                             - connotation féminine : spectacle rêvé qui fait de chaque étoile
                                               une danseuse qui a un tutu faisant du bruit. 
      •    champ lexical de l’amour (v3 et 4).
      •    A travers la nature, Rimbaud cherche une forme de substitut maternel, source d’inspiration, réconfort (comme le petit poucet). Mais là les cailloux sont des poèmes ou des rimes.
 

II/ Art poétique :
a)      l’idéal poétique :
      •    « Il part les poings serrés » volonté de trouver l’inspiration « où rimant au milieu des ombres fantastiques » (v12) : il écrit des poèmes grâce à la fugue.
      •    L’acte d’écrire est présent dans le texte (comme au v12) mais aussi au v6 : mise en rejet du mot « rime » : référence à la lyre = l’inspiration va venir grâce à l’errance, comme Orphée tirait de la lyre l’inspiration « comme des lyres je tirais les élastiques » (v13).
      •    « et je les écoutais » (v9) : il écoute la musicalité des étoiles, de la nature qui va l’inspirer. Il va interpréter le paysage car les ombres sont fantastiques.
 

b)      « fantaisie » :
      •    La fantaisie désigne une œuvre qui se démarque des règles imposées par son art. ce sonnet n’est pas classique : enjambement « un doux frou frou / et je les écoutais » (v8 et 9). Aux v1, 4 et 13, la césure est décalée.
      •    « mon paletot aussi » (v2) = hiatus.
      •    « féal - muse – lyre » = clichés romantiques.
       •   « oh la la – culotte » = vocabulaire prosaïque : parodie de l’écriture poétique, classique, romantique.
 

      •    « pied » (v14) = manière d’ironiser ou vers poétique associé à la difficulté d’écrire (?).
      •    Il va associer le concret et l’abstrait : paletot/idéal
                                                                        égrenais/rimes
 

Conclusion :
            C’est un texte important dans la poésie de Rimbaud qui montre l’évolution du poète : le poète inspiré va évoluer vers une poésie plus moderne caractérisée par l’écriture du poème en prose. On est à la limite de l’alexandrin. Il brise le rythme, les images (clichés poétique). Il utilise un vocabulaire dont on ne se serre pas en poésie et annonce qu’il va être ce poète libéré de toute forme classique pour une poésie plus libre (3 ans plus tard).
Il y a plusieurs niveaux de lecture de ce poème.


Revenir en haut
laetitia


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2008
Messages: 17
Le p'tit Français !: 0
2: 0
Le p'tit prof: 0
10: 0,00

MessagePosté le: Lun 9 Juin - 16:03 (2008)    Sujet du message: Ma Bohème (fantaisie) Répondre en citant

j'ai enive de dire ... "vive moi" Mr. Green

Revenir en haut
Max'


Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2008
Messages: 6
Le p'tit Français !: 0
2: 0
Le p'tit prof: 0
10: 0,00

MessagePosté le: Mar 10 Juin - 08:35 (2008)    Sujet du message: Ma Bohème (fantaisie) Répondre en citant

ça sert à quoi de faire 2 fois les mêmes ?!

Revenir en haut
Ludo
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2008
Messages: 6
Le p'tit Français !: 0
2: 0
Le p'tit prof: 0
10: 0,00

MessagePosté le: Mar 10 Juin - 10:58 (2008)    Sujet du message: Ma Bohème (fantaisie) Répondre en citant

lol

Revenir en haut
laetitia


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2008
Messages: 17
Le p'tit Français !: 0
2: 0
Le p'tit prof: 0
10: 0,00

MessagePosté le: Mar 10 Juin - 14:36 (2008)    Sujet du message: Ma Bohème (fantaisie) Répondre en citant

Mad  ba dsl je regarde pas ce que sofy met
mais si ça vous plait pas tant pis je mets plus rien...

Bannir


Revenir en haut
Alex


Hors ligne

Inscrit le: 16 Juin 2008
Messages: 1
Le p'tit Français !: 0
2: 0
Le p'tit prof: 0
10: 0,00

MessagePosté le: Lun 16 Juin - 16:58 (2008)    Sujet du message: Ma Bohème (fantaisie) Répondre en citant

haha de toute façon ceux qui ne réviseront rien auront les meilleurs notes, je rirais beaucoup quand vous pleurerez en regardant mon 17 en sujet d'invention

Revenir en haut
chacha


Hors ligne

Inscrit le: 06 Juin 2008
Messages: 5
Localisation: breuillet
Masculin
Le p'tit Français !: 0
2: 0
Le p'tit prof: 0
10: 0,00

MessagePosté le: Mar 17 Juin - 12:51 (2008)    Sujet du message: Ma Bohème (fantaisie) Répondre en citant

il faut ecouter les precieux conseils d'alexandre sur les clefs de la reussite : en effet, avec son 4 au bac blanc, il peut se la péter  Okay    

Revenir en haut
MSN
Max'


Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2008
Messages: 6
Le p'tit Français !: 0
2: 0
Le p'tit prof: 0
10: 0,00

MessagePosté le: Mar 17 Juin - 13:45 (2008)    Sujet du message: Ma Bohème (fantaisie) Répondre en citant

lol quel boulet celui là...Et en plus il va en spé maths jte jure

Revenir en haut
Léo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 21 Avr - 10:10 (2014)    Sujet du message: Re: Ma Bohème (fantaisie) Répondre en citant

[quote="Sophie"][center][b][u]Lecture Analytique n°4[/u][/b] 
 [/center] [center][b][u] [/u][/b] 
 [/center] [center][u]Ma bohême (Fantaisie)[/u] de Rimbaud 
 [/center] [center]  
 [/center]             En septembre 1870, Rimbaud quitte Charleville, traverse une partie de la France pour se rendre à Douai chez son professeur. Dans sa fugue, il conçoit une ébauche de recueil qui reste un projet inachevé. Ce sonnet « Ma bohême » est  centré sur le thème de la fugue, mais il fait aussi la synthèse des thèmes récurrents dans les poèmes de Rimbaud : l’errance,  la création poétique et la nature (qui est le point de départ de la création). Nous allons montrer que le texte nous offre l’autoportrait de l’artiste mais aussi la définition de son art poétique.             [b]I. Autoportrait du poète [/b]
[u] [/u]
[list=1][*][u]Le vagabond[/u][/list]
[u] [/u]
            Rimbaud se décrit comme un vagabond avec ses habits élimés. Ses « poches crevées » v1 montrent à la fois le vêtement usé mais aussi sa pauvreté, « large trou » v5 l’usure importante du vêtement, la personnification des « souliers blessés » v14 des souliers abîmés par la marche. Le vagabond, imagé par le mouvement « je m’en allais » v1 et « j’allais » v3 (matérialisation  et  est dans un état déplorable. De plus c’est un homme révolté et déterminé par « les poings » v1, le départ est volontaire comme nous le montre le pronom réfléchi « m’ ». Malgré les marches longues et rapides (« course » v6 et « routes » v9 (on remarque le pluriel)), Rimbaud a une vision agréable de sa promenade. Ainsi au vers 9 « ces bons soirs de septembre » le climat paraît doux et favorable. Pour finir on remarque l’imparfait qui marque l’habitude et la longueur de l’action.
            Il insiste sur le céleste : il cite les étoiles en se les appropriant  « mes étoiles » v8. Ce monde est un monde qui s’ouvre à lui et qui lui donne la liberté de s’évader et de rêver.
            Le titre « ma bohême » peut être expliqué de plusieurs manières. D’une part il signifie vivre au jour le jour et d’une autre part c’est être sans attache fixe. Le « ma » insiste sur le phénomène autobiographique. Il y a une personnalisation de l’errance.
[u] [/u]
[list=1][*][u]L’orphelin cherchant Amour et Protection de la nature[/u][/list]
[u] [/u]
Ici, Rimbaud fait référence au Petit Poucet (Perrault). En effet il reprend l’idée de l’enfant livré à lui-même avec pour seul refuge la nature. Cette nature est présentée comme bienveillante : elle lui offre tout (« auberge » v7), lui apporte tout (« rosée » v11) et elle semble liée à lui par des adjectifs possessifs (« [u]mes[/u] étoiles » v8, « [u]mon[/u] auberge » v7).
« un doux frou-frou » v8 : les étoiles peuvent être vues a deux niveaux (syllepse)
→ des danseuses (étoiles) renforcées par le champs lexical de l’amour v3, v4, v14 (chevalier servant). Ainsi sa fugue devient une quête amoureuse.
Comme le petit poucet qui cherche sa famille, Rimbaud veut trouver du réconfort dans la nature. (Les cailloux sont remplacés par des rimes (« j’égrenais dans ma course / des rimes » v6et7)
 
[b] [/b]
[b] [/b]
[b] [/b]
[b] [/b]
[b] [/b]
[b] [/b]
[b]II. L’art poétique[/b]
[b] [/b]
[list=1][*][u]L’idéal poétique[/u][/list]
 
La fugue va permettre au poète d’écrire (l’errance lui donne matière à écrire). L’acte est présent comme une volonté (les « poings » v1 représentent le désir d’écrire) : « rimant » v12, « j’égrenais dans ma course / des rimes » v6et7 (le rejet met en valeur le mot « rimes »). De plus il y a une référence à la lyre au vers 13 qui rappelle Orphée cherchant l’inspiration poétique. Il s’inspire de la nature : « je les écoutais » v9 (musicalité de la nature) et il interprète le paysage : il réinvente la nature « les ombres fantastiques » v12.
 
[list=1][*][u]« Fantaisie »[/u][/list]
[u] [/u]
Le mot « fantaisie » est un terme littéraire et artistique qui marque une œuvre qui ne suit pas les règles imposées en suivant plutôt les caprices de l’imagination de celui qui compose.
→ Rimbaud nous annonce le genre de son poème qui n’est pas un sonnet classique.
            « Ma bohême » est fantaisiste car les rimes ne sont pas respectées dans les quatrains et la continuité du poème est montrée par l’enjambement entre le deuxième quatrain et le premier tercet. De plus la place de la césure des décalées dans certains vers (1, 3, 4, 7, 12, 13). Le découpage non classique des vers produit l’accélération des vers.
 
            Les rimes en « ou » (deuxième quatrain) donnent un côté soyeux.
Certaines sont insolites (« fantastiques » v12 avec « élastiques » v13).
« Des lyres » v13 → délire
Le hiatus du vers 2 « palet[b]ot au[/b]ssi » semble un effet de grossièreté (peut être)
Un mélange de vocabulaire noble et grossier.
Amour cliché ≠ vocabulaire prosaïque (« Oh! là! là! »v4, « culotte » v5)
Il crée des images surprenantes qui mélangent concret et abstrait : « paletot » avec « idéal »
 
Le but de Rimbaud est d’écrire une parodie de la poésie. On sent son ironie avec le dernier vers « un pied près de mon cœur » v14).
[u]      [/u]
 
C’est un texte important dans la vie de Rimbaud. Le poète inspiré par les Parnassiens va évoluer dans une poésie plus moderne avec par exemple des poèmes en prose. Il brise les clichés poétiques et utilise des termes familiers et annonce qu’il est un poète libéré.          
 
→ Annonce d’une poésie moderne
 
[b]Lecture complémentaire :[/b] « Au Cabaret vert »

[/quote]


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:49 (2016)    Sujet du message: Ma Bohème (fantaisie)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Révision pour le bac de Français Index du Forum -> Révision pour le bac de Français -> Lectures Analytiques Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2015 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template