Révision pour le bac de Français Index du Forum Révision pour le bac de Français
Chaques internautes déposent des lectures analytiques ou bien des informations en rapport avec le français.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

"le bain de l'amitié"

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Révision pour le bac de Français Index du Forum -> Révision pour le bac de Français -> Lectures Analytiques
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Sophie


Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2008
Messages: 12
Le p'tit Français !: 0
2: 0
Le p'tit prof: 0
10: 0,00

MessagePosté le: Sam 7 Juin - 18:15 (2008)    Sujet du message: "le bain de l'amitié" Répondre en citant

J'ai pris mon courage a deux mains et voili voilou une lecture analytique !! Euh il y a surment quelques tournures de phrases foireuses (prises chez Manon) et pi je me suis pas relue  Embarassed
Je l'a modifierai plus tard ou si qqn a mieux ...


Séquence 5 : La peste de Camus
 
Lecture Analytique n°5 
  
« Le Bain de l’amitié »  
  
            Projet de lecture : Parenthèse dans le récit qui va permettre de percevoir un aspect de la philosophie de l’absurde, la communion fraternelle.  
            Extrait de la quatrième partie. Tarrou éprouve le besoin de fuir. Lui et Rieux veulent prendre un bain de mer. Ils quittent l’atmosphère pestiférée d’Oran, ils retrouvent leurs habitudes et scellent leur amitié. Cet extrait est une pause. En effet on quitte la peste un instant. → Espace de liberté où les hommes peuvent se retrouver.
  
            I. Une évocation singulière de la mer
 
  1. Un univers particulier

 
            Comparaison de la mer à une bête (l13) incarnation de Dieu.
            Vision particulière de l’univers de la mer. LA mer est présentée comme un élément vivant, supérieur, puissant. On le perçoit par l’odorat, l’ouïe … (premier paragraphe)
« derrière eux s’étageait la ville », « poussait vers la mer » → transition. Marque le cheminement à parcourir pour arriver à la mer (c’est le but).
            Une frontière entre la ville et la mer est gardée.
            Annonce de la mer : sensations odeur « senteurs », ouïe « sifflait » (l11) « entendirent » et « iode et algue » rappelle la mer.
 
            A la ligne 13 : « épaisse comme du velours, souple et lisse comme une bête »
→ « velours » Cette comparaison suggère la douceur, la chaleur. La mer devient une matière agréable au toucher mais aussi à la vue (plaisir visuel)
→ « bête » Vision animiste qui révèle le côté vivant de la mer. Mais aussi son côté dur, indomptable.
            Lignes 10 à 15 : Allitération en « s » qui rappelle le sifflement.
            Le verbe « apparut » (l12) montre que la redécouverte de la mer est soudaine (idée de surprise).
            Ligne 16 : « respiration calme de la mer »: Métaphore pour exprimer les vagues et rappel son côté vivant.
« calme » : vide de vie (il n’y a plus d ‘activité) mais aussi reposant, serein, apaisant (parce que pas de peste.)
 
           
  1. Un monde de sensation

 
            Troisième paragraphe :
La « surface des eaux » est plane, horizontale.
Lorsque Rieux pénètre dans l’eau, le contact est vertical et est perçu de l’intérieur.
 → Perception tactile. Ainsi « tiède », « tiédeur » s’opposent au « froid ». Le plaisir est montré avec la répétion du mot « tiède » qui représente le plaisir, l’apaisement de Rieux.
Rieux veut partager son plaisir en utilisant la focalisation interne (ce que lui ressent).
            La nage est ressentie par le bruit, décrite en mouvement par le mouvement de l’eau sur le corps de Rieux. « fuyait », « pour se coller à ses jambes » (l30). L’eau est personnifiée rappelant la bête
→ Perception tactile
Il y aussi une perception auditive : « bouillonnement », « un lourd clapotement » (oxymore puisqu’il est censé être léger), « battement des pieds »
L34 : « perçut » est associé à un bruit d’eau, « distinctement » adverbe qui montre le rapprochement de Tarrou est évoqué.
 
Ils sont en communion avec la mer qui est un lieu de détente et de plaisir. Idée qui est développée avec à la ligne 28 : « il nageait régulièrement ». Cet adverbe montre que la nage est tranquille, fluide (il a l’habitude de nager).
 
  1. La communion des deux personnages et de la mer

 
            Communion perceptible dès la ligne 14 : description d’un paysage, de ce qu’ils voient.
« ils s’installèrent » Il y une pause. Ceci marque l’habitude, ils prennent le temps. Ils sont spectateurs et observent le paysage.
Description à l’imparfait (itératif et de description) : idée d’habitude, de durée, réelle pause pour apprécier le paysage.
Respiration calme de la mer « gonflaient et redescendaient »
→ Résultat de cette vision sur Rieux est qualifié « d’étrange » car il se sent heureux alors que la peste est toujours présente (l19)
→ l33 « respira longuement » l36 « respiration » rappel de la respiration lente de la mer, c’est une respiration apaisée. Rieux et Tarrou sont apaisés comme la mer.
            « la surface des eaux » l17 rappelle la mère (perdre les eaux). La mer a un côté maternel (symbole de la vie et du réconfort), elle crée la vie (liquide amniotique). D’une autre part dans la genèse, La terre (=la peste) et l’eau qui symbolise le renouveau sont en opposition. Il y a dans cet extrait un retour aux origines.
« poussait vers la mer pour fuir la peste » → ramène au temps avant la maladie.
            « ciel était sans limites » : A Oran il y a beaucoup de limites. Alors le ciel représente un espace de liberté, ils ont l’impression de faire partie du monde, d’un élément sans limites contrairement à Oran. On peut y voir un rappel de l’enfance.
Univers harmonieux dans la description
 
Parallélisme : « gonflaient et redescendaient » l15 avec « naître et disparaître » l16 la vie et la mort en opposition
Allitération en « s » plaisir du toucher l18 « sentait sous ses doigts » côté soyeux
Contemplation cosmique, l’hypallage renforce la communion : « ciel renversé » l33 image du ciel retourné. Rieux se rapproche du ciel          
 
II. Communion fraternelle de Rieux et Tarrou
 
  1. Des relations privilégiées

 
            Un thème essentiel : l’Amitié
Il faut être solidaire pour battre l’absurde (but du livre). Le terme « ami » l21 est employé pour la première fois pour désigner leur relation.
L20 : « il devina » ils n’ont pas besoin de parler pour se comprendre (compréhension qui se fait sans mot)
L 21 : Asyndète implicite (absence du « donc »)
Communion « même cœur » l47
Rieux se met sur le dos pour attendre Tarrou l31. « se retourna », « nagea dans le même rythme » → rythme ternaire : communion dans le mouvement, même rythme. Ils vont à l’unisson.
Rieux connaît la pensée de son ami : « il savait que Tarrou se disait …»
« Même pensée» connaissance de sa personne dans la pensée. Une seule pensée pour les deux hommes. Trois complétives en rythme ternaire « que la maladie […] maintenant recommencer » l50 à 53
 
  1. Solitaires mais solidaires

     
            Solidarité : Rieux l’attend… nage au même rythme « même vigueur, même cadence »
Solidaire : « solitude » l35 (Rieux est tout seul dans l’eau) repris à la ligne 41. Chacun est solitaire. Individus séparés qui partagent la même aventure « solidaires »
L’eau « libère » → eau purificatrice. Idée de libération « enfin »
« Seul » : Rieux n’a pas retrouvé sa femme et Tarrou est tout seul.
L44 : « ils précipitèrent tous les deux leur mouvement » pas besoin de communiquer pour agir.
Ellipse narrative « dans l’eau » fin paragraphe trois, début quatrième paragraphe « ils sont habillés de nouveau »
 
 
III. Le lyrisme du récit
 
  1. Les points de vu narratifs

     
      Deux points de vue coexistent dans cet extrait : omniscient et interne
·        Omniscient : descriptif « ils » … premier paragraphe
·        Interne : deuxième paragraphe (« Rieux, qui sentait… »), sensations
Il y a une distance entre le narrateur et Rieux. Celui ci ne veut pas trop se dévoiler.
Il y a une alternance. Le « on » de la ligne 36 est plus personnel.
C’est un passage intimiste. Rieux fait passer ses émotions avec la focalisation interne.
 
  1. Une expérience unique, une échappée lyrique

 
            Le registre lyrique sert à l’expression des sentiments (« tiède »). Il y a une volonté de partager ce lyrisme avec le narrateur en justifiant sa nature.
L25 : élargissement de la phrase. Présent de vérité générale → veut partager la communion valable pour tout le monde
Une période : c’est une phrase longue, ample. Partage de l’émotion mais aussi de la communion avec la nature.
L’hypallage : le bien être de Rieux est matérialisé par la phrase l33. Immensité du ciel « plein de lune et d’étoile » allitération en « l »
 
  1. Un lyrisme maîtrisé

 
Composition du texte : tous les éléments du texte ne sont pas lyriques. En effet d’autres sont plus terre à terre (prosaïque).
Le registre lyrique ne domine pas. Il y a un réel mélange entre le prosaïque (« plonge et remonte » et des images plus poétiques (« les étoiles »).
Le narrateur les alterne pour rappeler qu’il y a toujours la peste. De plus il ne veut pas trop exprimer ses émotions. C’est un texte maîtrisé.
 
Conclusion
 
Ils sont libérés temporairement, la mer est un espace de liberté.
La mer est un symbole qui exprime la fraternité entre Rieux et Tarrou et aussi la fusion avec la nature.
Une amitié naît jusqu’à la mort de Tarrou
 
Sens de la peste : la fraternité entre les hommes est un moyen efficace pour affronter contre la réalité.
 
Fraternité : relations amicale, amoureuse, familiale (mère de Rieux).
Cette fraternité passe aussi par le conflit (Rieux et Panneloux ne sont pas d’accord mais s’allient contre la peste)
 
Lieux symboliques :
Mer 
Le stade (là où les malades sont rappel des camps)
La gare (seule porte avec la mer, symbole de l’éloignement et de la séparation)
La terrasse (lieu de réflexion et le vieux asthmatique présente la terrasse comme particulière parce que la peste n’est pas présente)
 
 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 7 Juin - 18:15 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Révision pour le bac de Français Index du Forum -> Révision pour le bac de Français -> Lectures Analytiques Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2015 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template