Révision pour le bac de Français Index du Forum Révision pour le bac de Français
Chaques internautes déposent des lectures analytiques ou bien des informations en rapport avec le français.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

les fables

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Révision pour le bac de Français Index du Forum -> Révision pour le bac de Français -> La poésie, la méthodologie, etc...
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
laetitia


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2008
Messages: 17
Le p'tit Français !: 0
2: 0
Le p'tit prof: 0
10: 0,00

MessagePosté le: Dim 8 Juin - 18:49 (2008)    Sujet du message: les fables Répondre en citant

L’art de la fable  
 
I/ La fable :
1) Son origine :
Présente dès l’Antiquité (LaFontaine va s’en inspirer) elle englobe les mêmes idées qu’aujourd’hui : faire réfléchir par le divertissement.
Fabula (latin) : - récit oral plaisant
                         - propos de la conversation
                         - apologue terminé par une morale   
Esope (VI av JC) : Esclave qui écrivait des fables racontant son quotidien grâce à des
                               animaux.
                               Premier à avoir écrit des fables.
Phèdre (I av JC) : Continue dans le même esprit qu’Esope à écrire des fables.
Absténius (XVI) : Remet à la mode la fable. LaFontaine s’en inspirera.
Pilpay (1644) : LaFontaine le découvre lorsqu’il écrit des fables en même temps que lui.
 

2) Caractéristiques :
            C’est un genre narratif rédigé en vers assez courts, mettant en scène des animaux (mais pas seulement). La fable étant considérée comme un genre mineur, elle n’a pas été codifiée. Perçue à l’origine comme instrument pédagogique, c’est LaFontaine qui va lui donner une dimension beaucoup plus critique et large.
 

      •    Le texte narratif dans la fable est construit sur le schéma narratif (+ cadre spatiotemporel). La fable a une morale.
 

      •    Les personnages humains sont types (milieux, situations par rapport à la jeunesse/vieillesse,…). Ils n’ont pas de nom pour généraliser l’histoire. C’est aussi un moyen de cacher une critique de la société de l’époque.
     
      •    Les animaux sont anthropomorphisés. Ils ont une charge symbolique. La loi naturelle des animaux va servir à critiquer la cour.
 

      •    Les thèmes abordés sont universels (rapport au pouvoir, conflits familiaux, rivalité entre les petits et les grands, la solitude, la vieillesse, relations parents/enfants, l’amour, les différentes manières de se comporter…). LaFontaine a une vision très pessimiste de l’Homme et du monde. Il annonce les lumières et les futures critiques des philosophes : idée commune = améliorer l’Homme en le mettant face à la réalité.
 

3) La fonction des fables :
            Elles comportent deux fonctions essentielles : le divertissement et l’enseignement.
 

      •    Le divertissement vient de l’usage des animaux : univers merveilleux, imitation des hommes qui est caricaturale et qui va grossir ses traits, ce qui est drôle. Les mésaventures des animaux nous font rire mais on rit à distance malgré que cela nous concerne, ce sont des animaux qui sont mis en scène. Sorte de monde parallèle entre celui des hommes et celui des animaux des fables.

      •    L’enseignement est porté clairement dans la morale. LaFontaine va donner des conseils, des recommandations pour améliorer le lecteur. Utilisation des fables pour éviter la censure (attaques explicites sur le Roi). LaFontaine revendique les fables de l’Antiquité : « mon imitation n’est pas un esclavage ». Il veut qu’on croit qu’il a innové. « Je me sert d’animaux pour instruire les hommes ». Dans les fables du livre VII, l’auteur est beaucoup plus présent. L’enseignement des fables va se faire par une élaboration complexe qui rapproche la fable du conte. La fable va passer d’un récit sec, neutre à un récit humoristique, voir sarcastique.
 

II/ Les fables :
            Le premier recueil écrit en 1668 (livres I à VII) sera accueilli avec succès. LaFontaine écrit donc un deuxième recueil, 10 ans plus tard 1678 :1679 (livres VII à XI). Enfin un dernier livre sera écrit en 1694 : le livre XII. Le premier livre était destiné au Dauphin. Les livres VII à XI étaient destinés à Mme de Montespan qui était une maîtresse de Louis XIV. Le livre XII est plus personnel, et sert de conclusion à sa carrière.
 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 8 Juin - 18:49 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
laetitia


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2008
Messages: 17
Le p'tit Français !: 0
2: 0
Le p'tit prof: 0
10: 0,00

MessagePosté le: Dim 8 Juin - 19:46 (2008)    Sujet du message: les fables Répondre en citant

Jean de LaFontaine (1621-1695) 
 
 
Né à Château-Thierry. Son père est un bourgeois et aimerait bien être anobli. Il est chargé des eaux et forêts. C’est pour ça que jean connaît bien la nature. Il part à Paris pour faire des études de droits mais abandonne et devient novice.            Il quittera cette carrière religieuse de courte durée pour retourner à une vie plus libertine. Il se matie en 1647 à Marie Hericart et aura un enfant.
Il rencontre Fouquet en 1657 qui deviendra son protecteur. En 1664, Fouquet reçoit Louis XIV et sera emprisonné. LaFontaine prendra la défense de Fouquet dans L’élégie aux nymphes de Vaux et dans L’ode au Roi pour M.Fouquet. Il s’exilera.
En 1665, LaFontaine revient à la cour et en 1673, il sera sous la protection de Mme de la Sablière qui mourra en 1693.
Jean de LaFontaine mourut en en 1695. il reniera ses contes et finira sa vie en tant que religieux.
On peut dire qu’il était ni fidèle en amour, ni en littérature et aura revendiqué de ne jamais avoir écrit dans un genre sérieux.


Revenir en haut
laetitia


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2008
Messages: 17
Le p'tit Français !: 0
2: 0
Le p'tit prof: 0
10: 0,00

MessagePosté le: Dim 8 Juin - 20:48 (2008)    Sujet du message: les fables Répondre en citant

Travail d’invention dans les fables 
 
I/ tradition et innovation :
            La part de tradition est importante chez LaFontaine. Il y a une intertextualité entre les textes de LaFontaine et les auteurs ayants écrit avant. = de qui il s’est inspiré/part d’innovation.
Les fables remontent à Esope (300 fables). Il s’inspire de fables orientales (Pipley, découvert grâce aux salons de Mme de la Sablière). LaFontaine cite Pipley en disant que c’est une de ses sources car l’Orient est un symbole de dépaysement, ce qui est « à la mode » au XVIIè.
Pour LaFontaine, la fable est synonyme d’innovation, de récit plaisant et d’enseignement moral. Principe du « placere  docere » = plaire et instruire. Même s’il n’innove pas complètement il aura travaillé le genre. Il sera imité : le genre de la fable va se déployer au XVIIè.
Les anciens défendent l’idée qu’il faut s’inspirer de l’Antiquité (Racine, Corneil, LaFontaine…). Les modernes sont pour des références à la religion.
 

II/ L’originalité des fables de LaFontaine :
1) originalité des fables :
-          les animaux sont différents des machines
-          mélange des vers (= hétérométrie)
-          bestiaire
-          fables en vers
-          morale
 

Récit ou morale : lequel est le plus important ?
Les fables sont écrites pour illustrer une morale mais certaines fables sont décevantes par rapport au contenu de la fable (les obsèques de la lionne). Pour d’autres, c’est la morale qui donne tout son sens au récit (le jardinier et son Seigneur).
« Les ouvrages les plus courts sont toujours les meilleurs, en cela j’ai pour guide tous les maîtres de l’art et tiens qu’il faut laisser dans les plus beaux sujets quelque chose à penser. »
 

2) classicisme :
            On peut dire que LaFontaine est un classique car il s’inspire de l’Antiquité mais non car il ne respecte pas les règles.
            Il y a une grande difficulté à classer LaFontaine. Si on limite le classicisme à la définition de Boileau (imiter les anciens et la nature, et garder une part de vraisemblance. Le bon goût, le bon sens et rechercher l’universalité, la moralité et le plaisir, c'est-à-dire le divertissement). Il écarte de ses limites le baroque (= mélange des genres).
LaFontaine imite les anciens, fait des textes plaisants, recherche l’universalité et la morale mais la versification ne marche pas. Il utilise le vers hétérométrique qui est mas censuré. Boileau ne reconnaît pas la fable comme un genre poétique.
            LaFontaine est un poète badin (= qui parle d’amour en l’air) et pas sérieux. Tout va changer en 1687 : il s’engage du côté des anciens et affirme qu’il est classique : il le revendique.
 

Epitre à Huet :
Texte parut à la suite d’un poème de Perrault qui évoque la défense de l’Antiquité et des anciens où il revendique son classicisme.
 

Querelles des anciens/modernes : - 1653/1674
                                                      -  1676/1677
La première querelle est au sujet de l’emploi du merveilleux dans la littérature classique, et la seconde au sujet des écriteaux sur les bâtiments : latin ou français ?
 

classiques 
modernes 
• Boileau
• Racine
• LaFontaine
• Bossuet
• La Bruyère
• Perrault
• Fontenelle

 

Le classicisme de LaFontaine est sensible dans ses fables, on le retrouve à travers : ses sources thématiques (morale), le plaisir et le goût du public. La fable se rapprochant le plus de l’idéal classique est rien « rien de trop » (11 IX). Ses leçons portent sur l’homme : il est universel ce qu’il dit pour les uns concerne les autres.
 

« Il faut donc s’élever au dessus des règles qui ont toujours quelque chose de sombre et mort […]. Cette idée et cette impression vive, qui s’appellent sentiment ou goût est tout autrement subtile que toute autre règle du monde. C’est ce qui nous élève au dessus des règles, qui fait qu’on y est point asservi… » 


Revenir en haut
Max'


Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2008
Messages: 6
Le p'tit Français !: 0
2: 0
Le p'tit prof: 0
10: 0,00

MessagePosté le: Mar 17 Juin - 14:15 (2008)    Sujet du message: les fables Répondre en citant

                                                            La versification dans les Fables

Les Fables sont à l'origine en prose, c'est La Fontaine qui va instaurer les vers dans ses fables. On peut dire que la Fontaine n'est pas un simple versificateur mais aussi une sorte de poète. Ses fables sont de véritables poèmes

I) Variétés de vers

La Fontaine s'autorise à utiliser à la fois les alexandrins et les octosyllabes. Selon les règles classiques, on peut pas les mélanger mais La Fontaine le fait...
Il utilise l'alexandrin pour évoquer les Dieux, les rois mais l'alexandrin peut aussi servir de parodie (V.5 "Les deux coqs")
L'alexandrin va lui servir à exprimer une philosophie.

L'octosyllabe est plutôt réservé au récit ("Les Obsèques de la Lionne" au V.1) Il évoque plus une certaine légèreté alors que l'alexandrin est réservé dans les moments plus sérieux.

La Fontaine peut aussi utiliser le décasyllabe dans ses Fables. A l'origine, les contes étaient en décasyllabe. Il va moins les utiliser dans ses Fables.

A certains moments, il va utiliser le trisyllabe pour mettre en valeur le mot comme dans ("Les Animaux malades de la Peste" avec Le Berger au V.29)

Le fait que la Fable soit un genre mineur permet d'utiliser l'hétéromètrie (mélanger la longueur des vers). L'auteur va être donc beaucoup lus libre et le texte sera plus intense et moins monotone ce qui va permettre d'accentuer certaines images. La Fontaine va vouloir jouer avec les émotions : il va être beaucoup plus préoccupée par la musicalité de son texte que par les règles qu'il doit respecter.

II) Discordances rythmiques (enjambements/rejets)

La Fontaine s'autorise plein de discordances rythmiques, et ouais c'est un rebelle La Fontaine. Il va jouer sur ces discordances pour là encore donner un certain rythme à son texte et lui donné une expression plus marquée. Son texte va être donc plus divertissant : on a besoin de faire ce genre de discordances pour que le récit vive.

Il va aussi utiliser l'allitération et l'assonance va accentuer la  musicalité de son texte et va là encore être plus divertissant. Grâce à ce divertissement, on va être plus réceptif à la morale proposé par l'auteur.

J'ai plus rien après, j'ai dû m'endormir, si ya des trucs à rajouter je vous en prie...


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:49 (2016)    Sujet du message: les fables

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Révision pour le bac de Français Index du Forum -> Révision pour le bac de Français -> La poésie, la méthodologie, etc... Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2015 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template