Révision pour le bac de Français Index du Forum Révision pour le bac de Français
Chaques internautes déposent des lectures analytiques ou bien des informations en rapport avec le français.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

L'île des esclaves Marivaux

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Révision pour le bac de Français Index du Forum -> Révision pour le bac de Français -> Lectures Analytiques
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
NouilleDuBac


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2017
Messages: 1
Localisation: Paris
Masculin
Le p'tit Français !: 0
2: 0
Le p'tit prof: 0
10: 0,00

MessagePosté le: Lun 26 Juin - 20:24 (2017)    Sujet du message: L'île des esclaves Marivaux Répondre en citant

Problématique : « Comment l’auteur fait-il la critique de la société de son temps dans cette scène?»
Intro :
Pierre Carlet de Chamblais de Marivaux qui prendra le pseudonyme de Marivaux en 1717, est un écrivain, journaliste et dramaturge français du XVIIIe siècle appartenant au mouvement des Lumières. Il est à l’origine de romans tels que La voiture embourbée en 1714 et La Vie de Marianne en 1731, mais connaitra un réel succès dans le théâtre et plus précisément dans la comédie. Il alternat comédies d’intrigue et comédies sociales comme Arlequin poli par l’amour (1720), La Double inconstance (1723), Le Jeu de L’Amour et Du Hasard (1730) ou encore L’île des Esclaves en 1725.
Cette dernière pièce en un Acte a pour but de faire réfléchir à de nouveaux rapport sociaux en usant de l’utopie. Pour se faire il renouvèlera les canevas (= point principaux) et les Lazzis (= plaisanteries burlesques, soit en paroles, soit en actions, des jeux de mots, des grimaces, des gestes grotesques) de la commedia dell’arte.
Dans La première scène, deux personnages sont présentés: Iphicrate (dont le nom en grec signifie « Celui qui règne par la force ») et Arlequin son valet.
Comment l’auteur fait-il la critique de la société de son temps dans cette scène?
-          Annonce du Plan
 
 
1.       Une exposition Dynamique
1.1 Ouverture In medias res
- La scène s’ouvre sur  l’arrivée des personnages, ils sont directement présentés aux deux premières répliques « Arlequin »  (l.1) puis « mon Patron » (l.2) laissant déjà suggérer une hiérarchie.
-la situation nous est expliquée par Iphicrate In medias res, tout d’abord le lieu : « Que deviendrons-nous dans cette île ? » (l.3) puis le cadre temporel en exposant la scène… avant la scène « Nous sommes seul échappés du naufrage » (l.7) « Quand notre vaisseau s’est brisé contre le rocher » (l.11)
1.2 Opposition Initiale des personnages
- Hiérarchie évidente entre les personnages, « Arlequin » nom typique du valet dans les comédies italiennes ; Iphicrate le tutoie « Dis-moi » (l.11), « tiens » (l.27), « as-tu » (l.47), et lui donne des ordres en utilisant l’impératif « suis-moi » (l.42) en s’incluant parfois « Cherchons » (l.17), « reposons-nous » (l.17-18)
- Comportement très opposé notable dans les didascalies, désespéré chez le maître « tristement » (l.1), « après avoir soupiré. » (l.2) voir pathétique « Hélas ! » (l.9)  et nonchalant chez le valet « avec une bouteille de vin qu’il a à sa ceinture » (l.3), ce contraste fait jouer le comique de caractère.
 
 
 
 
2.       Un nouveau Rapport de force
2.1 Une situation comique
- comique de situation, le maître continue d’exposer la situation « nous sommes dans l’île des Esclaves » (l.23) et les conséquences qui s’en suivent en faisant écho au registre pathétique « si je ne me sauve, je suis perdu » (l.22) 
- en opposition avec Arlequin qui donne plutôt de l’importance à la « Pauvre bouteille » au moyen d’une personnification, il continue aussi avec son ton nonchalant à l’aide d’un présent de vérité générale « Chaque pays a sa coutume » (l.30) creusant l’écart entre les préoccupations des deux personnages.
2.2 Qui se retourne  contre le maître
- Arlequin change au fur et à mesure de comportement : le ton et les expressions qu’il utilise sont de plus en plus relâchés allant d’ « à la bonne heure » (l.31), au sifflement et chants moqueurs visibles dans les didascalies « Siffle. –Hu, hu, hu.» (l.43), au tutoiement « j’étais ton esclave » (l.87)
- Iphicrate se rends compte de son erreur en aparté « j’ai mal fait de lui dire ou nous somme » (l.52) ce qui amplifie l’effet comique,  il change lui aussi de ton en en prenant un plus conciliant et en s’incluant dans les injonctions « Avançons, je t’en prie. » (l.56), « Allons, hâtons-nous » (l.59)
-  le parallélisme antithétique « Méconnais-tu ton maître, et n’es-tu plus mon esclave ? » (l.86) et le « Je l’ai été » qui suit montre que le rapport de force s’est inversé.
2.3 Et qui finit en conflit
- Le chant moqueur du valet (l.64) fait ressortir la colère d’Iphicrate qui jusqu’ici essayait de persuader (= usage des sentiments) ce dernier de continuer d’obéir à ses ordres en utilisant une argumentation basée sur une touche de  pathétique comme le montre la question rhétorique « cela ne suffit-il pour me plaindre ? » (l.37) et « ne sais-tu pas que je t’aime ? » (l.73)
- l’exclamation « Esclave Isolent ! » (l.81)  puis la réponse Métonymique d’Arlequin « Vous parlez la langue d’Athènes » marquent clairement le conflit
3.       Une réflexion morale et sociale
3.3 Une tirade argumentée
- Arlequin se lance dans une tirade argumenté (l.85) avec un registre didactique dominant, présent de vérité générale « les hommes ne valent rien » (l.86), affirmations « tu seras plus raisonnable » (l.92)
- Sa manière de s’adresser à Iphicrate, tutoiement « à ta honte » (l.86), « Quand tu auras […] » (l.92) le met en  position de faiblesse aux yeux du lecteur
3.4 Dévoilant le vrai  caractère du maitre
- conséquence de la tirade : le maitre « au désespoir » (l.97) -> contraste avec son nom voulant dire « celui qui règne par la force ».
- N’arrive pas à répliquer et en vient à la violence « l’épée à la main » (l.97) -> pas de contre-arguments
3.5 Grâce à un modèle utopique de réforme morale
- analogie fait par le valet entre la situation initiale « tu me traitais comme un  pauvre animal, et tu disais que cela était juste »  (l.88) et le sort qui attends Iphicrate «  on va te faire esclave à ton tour ; on te dira aussi que cela est juste » (l.90) qui induira un raisonnement déductif « Quand tu auras souffert, tu seras plus raisonnable » (l.92)
- Ce qui permet cette analogie est le caractère utopique du modèle sociétal de cette île, bien qu’il ne soit valable que dans ce contexte (idéal uniquement pour esclave)
- Cette tirade sert en fait de tribune à l’auteur notamment grâce à la double énonciation : Arlequin s’adresse à Iphicrate (tutoiement) mais aussi et surtout aux lecteurs-spectateurs de la pièce d’où le registre didactique


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 26 Juin - 20:24 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Révision pour le bac de Français Index du Forum -> Révision pour le bac de Français -> Lectures Analytiques Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template