Révision pour le bac de Français Index du Forum Révision pour le bac de Français
Chaques internautes déposent des lectures analytiques ou bien des informations en rapport avec le français.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La jeune veuve

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Révision pour le bac de Français Index du Forum -> Révision pour le bac de Français -> Lectures Analytiques
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ludo
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2008
Messages: 6
Le p'tit Français !: 0
2: 0
Le p'tit prof: 0
10: 0,00

MessagePosté le: Mar 3 Juin - 18:23 (2008)    Sujet du message: La jeune veuve Répondre en citant

Exclamation Bannir Lecture Analytique n°1 Bannir   Exclamation  
 
 
La jeune veuve de Jean de la Fontaine 
 
 
La jeune veuve est une fable du livre 6, la dernière fable de se livre. Ici nous avons une fable réaliste de la femme selon son opinion. Cette fable est inspirée d’une des fables d’Abstenus « la femme qui pleurait sa femme mourante, et son père qui la consolée ». Nous sommes dans la comédie de caractère. Et nous sommes plus proche d’un conte que d’une fable.  

I. Mise en scène de la moralité.
 

            a. moralité et récit.
 

            La Moralité se situe du vers 1 à 15. Par du général vers le particulier, de la moral vers l’exemple.
1er partie : Thèse de La Fontaine sur le comportement de la jeune veuve :
-Vers 1 et 2.
Il développe cette idée grâce à des répétitions, des explications plus détaillées de son point de vue :
            -Vers 3 à 13.
Annonce le plan du conte qui va illustrer cette idée (comportement de la veuve) :
            -Vers 14 à 15.
            Nous pouvons relever un champs lexical du temps dans le texte (V.3, V.4, V.5, V.6, V.36, etc…).
Nous pouvons relever aussi un deuxième champ lexical, celui de la douleur (V.30, V.25, etc …) qui montre que le père la console et soulage son deuil.
Temps des 15 premiers vers : vérité général.
Le « on » est impersonnel, universel. Il n’y a pas de nom. Nous sommes dans un article définit.
L’histoire, prouve qu’il n’est pas dans le mensonge.
Vers 1 à 15 : pré récit, qui nous annonce la suite.
Le récit va valider la véracité du récit.
 

            b. Expression du temps
 

Vers 5-6 : parallélisme, il s’agit de la même personne qui évolue. La comparaison est basée sur la négation.
Expression du temps qui passe : « ailes du Temps » V.3 = métaphore, qui dit que le temps passe. Temps avec une majuscule = allégorie.
Quantification du temps = une journée V6, tout à l’heure V27.
Vers 27 et 30 = idée du temps qui s’écoule, opposition de la jeune veuve pendant le décès et après le deuil.
Tps verbaux : imparfait de narration (de durer) Vers 18
Nous partons des larmes au rire.
Expression du tps importante parce qu’elle va à la fois montrer la duré et l’innocence feminine.
 

 

 

 

II. Une comédie de caractère.
 

a.      Portrait de femme
 

Nous pouvons voir grâce au vers 12 et 13 que cela concerne plutôt les femmes veuve.
La jeune veuve adopte un comportement universel. La femme passe du mari au père, elle n’a pas d’autorité.
Femme caractérisée par son intelligence. Métaphore filée sur l’excès de douleur (avec les larmes V 24)
Des désirs opposés, La mort veut qu’elle reste seule, mais elle veut un nouveau mari d’un autre coté.
 

            b. Habilité du père
 

            Le père est la raison. Il anticipe sur l’habitude de la jeune femme. Vers 23-26. Et il lui propose de le mariage = propositions provocante, rejet de la fille, mais il va essayer de la persuader.
Antiphrase Vers 45 = montre l’ironie de La Fontaine.
Vers 46 =il la laisse venir. Le père a beaucoup d’expérience.
 

            c. Humour ou Ironie
 

            1er Trait d’humour, thème original, évoque le problème des mariages arrangés, un thème plutôt de société. Le père impose le choix à sa fille. Thème peut courant.
 

Registre ironique : Vers 36 à 44. Il va insister sur les paraboles. Au lieu d’une veuve triste on a une veuve joyeuse. Cette veuve n’est plus inconsolable. Exagération du malheur au début puis on a une exagération  joyeuse à la fin.
Inconstance matérialisé au Vers 45 car maintenant le défunt est oublié.
« Tant chérie » insiste avec l’ironie et l’humour. L’ironie et l’humour, grâce à ce vers, vont prendre de plus en plus d’ampleur grâce à la complicité avec le lecteur. «la jeune beauté », « notre belle » , adjectif possessif « notre », « notre belle » = complicité Lecteur/auteur.
L’auteur nous invite d’être le complice de la vision de la Fontaine.
Le narrateur va intervenir au vers 20 et 45
Vers 20 = il sait qu’elle va déjà se marier et qu’elle ne va pas le rejoindre.
 

Conclusion : Originalité d’une moralité et d’un récit qui sont lié entre eux. On se rapproche plutôt du conte. On a un regard su la société du XVII sur le mariage. Et les liens du mariage sont basés sur la richesse plutôt qu le comportement humain. 
 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 3 Juin - 18:23 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
chacha


Hors ligne

Inscrit le: 06 Juin 2008
Messages: 5
Localisation: breuillet
Masculin
Le p'tit Français !: 0
2: 0
Le p'tit prof: 0
10: 0,00

MessagePosté le: Ven 6 Juin - 16:27 (2008)    Sujet du message: La jeune veuve Répondre en citant

les lectures analytiques sur la peste sa va etre un ti peu chaud non ? ^^

Revenir en haut
MSN
laetitia


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2008
Messages: 17
Le p'tit Français !: 0
2: 0
Le p'tit prof: 0
10: 0,00

MessagePosté le: Mar 10 Juin - 19:27 (2008)    Sujet du message: La jeune veuve Répondre en citant

Lecture analytique 1 : 
« La jeune veuve » 
 
Introduction :
            Fable du livre VI (la dernière). LaFontaine disait qu’il qualifiait cette fable de « conte exquis ». texte plutôt sarcastique et réaliste (vision de l’auteur assez misogyne. C’est Absténius qui l’a inspiré : « la femme qui pleurait son marri mourrant et qui la consolait ». on peut dire que ce texte est une comédie de caractère.
 

I/ Mise en scène de la moralité :
a)      moralité et récit :
      •    Les 15 premiers vers se détachent du reste : première partie qui oppose la thèse de LaFontaine à propos de la jeune veuve (v1, 2, 3 et 13) : développement de cette idée.
      •    Les vers 13 à 15 annoncent le conte qui illustre cette idée : résonnement déductif. On retrouve cela dans la tram narrative. Les champ lexicaux sont identiques (temps/douleur/plaisir/consolation) = le deuil sert à consoler : »le deuil enfin sert de parure » (v38).
      •    Il y a un système d’opposition entre mariage et breuvage : le temps va permettre de passer d’un état à un autre.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              
      •    On trouve du présent de vérité générale dans les 15 premiers vers, ainsi que l’usage du « on » impersonnel et universel ainsi que l’usage d’articles définis (le, la…). Il n’y a pas de dialogue.
      •    La morale permet de présenter le cas général qui va être démonté par la suite. Les vers 14 et 15 font office de transition.
 

b)      le temps :
      •    La fable n’est pas classique : on a un va et vient entre le général et le particulier qui va servir de preuve pour l’argument général qui lui-même prouve que c’est universel. Les premiers vers font réfléchir sur le pouvoir consolateur du temps.
      •    On trouve un parallélisme aux v5 et 6 : c’est la même personne qui a évolué. Enjambement qui montre le temps qui passe et qui est interrompu par les « : ». puis on a un commentaire du fabuliste = effet de comparaison (parallélisme) excessif basé sur la négation : « jamais » et « personne » = métamorphose.

      •    « les ailes du temps » (v3) = métaphore : le temps passe, c’est comme un voyage. v27 à 30 : le temps s’écoule.
      •    L’imparfait de narration montre que la douleur de la mort. Sorte de succession temporelle, évolution à partir d’une situation initiale à une situation finale.
       •   L’expression du temps est importante car elle va à la fois montrer la durée de l’inconstance féminine (elle passe des larmes aux rires en seulement 2 mois).
 

c)      la valeur du pronom « on » :
       •   « on » = les veuves, le père et je. La jeune veuve adopte un comportement universel et propre à toutes les femmes (selon LaFontaine).
 

 

 

 

 

 

II/ Une comédie de caractère :
a)       un portrait de femme :
      •    Elle est sous l’autorité du mari et quand il meurt, elle retourne chez son père. LaFontaine peint l’inconstance féminine.
      •    « charmes » (v25) = attraits physiques. Métaphore filée sur l’excès de douleur (avec les larmes). Elle manifeste sa douleur bruyamment (« elle lui criait » v8) : comportement et intensions excessifs.
      •    « mon âme aussi ben que la tienne est prête à s’envoler » (v19) = euphémisme. La jeune veuve à des désirs contradictoires : mort, puis cloître et enfin un nouveau mari.
      •    Attitude de la jeune veuve : « parure/atouts » = elle est coquette. Cette femme sait s’amuser : »les amours et les rires » : elle retrouve l’attitude qu’elle avait avant = portrait caricatural avec une critique de l’inconstance des femmes qui oublient vite. (ici en 2 mois).
 

            b)   l’habilité du père :
      •    Le père est la voix de raison qui anticipe sur l’attitude de la jeune femme. C’est un père d’expérience qui va savoir parler à sa fille.
      •    Proposition provocante : rejet sur le mot défunt = il exclu la mort de la proposition (v32). Il est dans le conseil, la persuasion.
      •    « le père na craint plus ce défunt tant chéri » (v45) = antiphrase qui montre l’expérience et ironie de LaFontaine.
      •    « ne parlait de rien » (v46) = il laisse faire sa fille : ce père est la voix de l’expérience, la sagesse qui conduit la jeune femme à se remarier.
 

c)   humour et ironie :
      •    LaFontaine aborde les problèmes de fidélité à l’époque où les mariages étaient arrangés. Décalage entre la situation de départ et la conduite excessive de la jeune veuve qui passe à une situation plutôt avantageuse.
      •    Il aborde aussi un thème original car il aborde les sentiments de la vie privée : problème du mariage arrangé, ce qui n’est pas un thème courrant dans les fables.
      •    Le registre est comique et ironique : v34 à 36 : au lieu d’avoir une veuve triste, on a une veuve joyeuse (insistance par les hyperboles). Le deuil sert de parure + exagérations qui confortent l’idée.
      •    Parallèle avec l’hyperbole « partait pour l’autre monde » (v17) qui a un effet tragique : montre l’inconstance de la femme matérialisée par l’antiphrase (v45).
      •    LaFontaine établit la complicité entre le lecteur et lui grâce à cette ironie, et les connotations qu’il va donner aux mots : « notre belle » = complicité entre le lecteur et le fabuliste. Il parle d’un personnage commun aux 2.
      •    « on verra » (v14) : l’auteur invite le lecteur à avoir la même vision que lui des choses. Capacité à dresser un portrait psychologique de la jeune veuve. Il va intervenir dans le texte, et lorsqu’il intervient, c’est pour montrer qu’il connaît le genre humain.
      •    Le fabuliste intervient au v45 pour montrer que le père n’est pas dupe. Effet d’anticipation (analepse) de la fin au cour de la fable. LaFontaine se joue de ses personnages au v21.
 

Conclusion :
            Originalité d’une moralité et d’un récit montrés comme des preuves réciproquement. On se rapproche du conte. On a plus qu’un conseil, on a une analyse des liens hommes/femmes de l’époque (pas de liens d’amour mais des liens financiers). Portrait des comportements humains sociaux (au XVII).


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:49 (2016)    Sujet du message: La jeune veuve

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Révision pour le bac de Français Index du Forum -> Révision pour le bac de Français -> Lectures Analytiques Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2015 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template