Révision pour le bac de Français Index du Forum Révision pour le bac de Français
Chaques internautes déposent des lectures analytiques ou bien des informations en rapport avec le français.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Première Soirée

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Révision pour le bac de Français Index du Forum -> Révision pour le bac de Français -> Lectures Analytiques
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Sophie


Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2008
Messages: 12
Le p'tit Français !: 0
2: 0
Le p'tit prof: 0
10: 0,00

MessagePosté le: Mer 4 Juin - 14:59 (2008)    Sujet du message: Première Soirée Répondre en citant

Lecture Analytique n°3 
  
Première soirée de Rimbaud 
  
  • La forme :

                  Ce sont des quatrains en octosyllabes que l’on pourrait comparer à une chanson avec un refrain (construction cyclique). Ce qui accentue la légèreté du texte. De plus il n’y a pas d’engagement sérieux de la part de Rimbaud.
 
  • Les genres littéraires :

-         La chanson (refrain)
-         Le théâtre (tirets, dialogue)
-         Genre narratif (imparfait de description, passé simple : actions brèves et achevée, présent dans les dialogues)          
-         Autobiographie (je et elle)
 
  • Comparaison avec Roman :

-         On retrouve comme dans Roman la description de la femme mais qui est plus centrée sur le corps.
-         Présence de dialogue
-         C’est comme la suite de Roman où Rimbaud ose entreprendre. Il est plus expérimenté.
 
L.A.
  
            Ce poème a été publié une première fois dans une revue satirique en 1870. Il a eu plusieurs titres (« comédie en 3 actes », « 3 baisers ») avant de s’appeler « Première soirée » définitivement. Dans ce texte, Rimbaud fait l’éloge du corps amoureux. On montrera que l’on est à la fois dans un libertinage amoureux mais aussi dans l’innocence de la découverte amoureuse.  
I. Jeu de séduction
 
  1. Comment est décrite la jeune femme ?

 
            Rimbaud décrit la sensualité de la jeune femme par le physique de celle-ci : elle est « fort déshabillée » v1 et v29, elle a des « petits pieds » v17 « si fins » v8 (accentué par la répétition v8) et des « fines chevilles » v13. La jeune femme fait semblant d’être réticente (se donne un air ingénu et prude), elle joue sur ses charmes pour charmer le poète « Veux-tu finir ! » v18, « feignait de punir ! » v20. Ainsi on note l’ambiguïté de la jeune femme dans les deux premiers quatrains. D’une part elle est « fort déshabillé » v1, « mi-nue » v6. Mais d’une autre part sa posture surprend. Elle est assise sur la chaise et ses mains jointes évoquent peut être une certaine pudeur. Pudeur qu’on associe à une idée de plaisir avec « frissonnaient d’aise » v7. Rimbaud joue sur les proportions, il oppose « ma grande chaise » v5 aux pieds « si fins, si fins » v8.
            La fragilité de la jeune femme est évoquée avec la poésie du blason centrée sur les « pieds » v13, 17, 21. A la strophe 3, Rimbaud décrit le sein de la jeune femme (« sur son sein » v12 : allitération en « s ») dont la mouche évoque la sensualité ou la coquetterie. La métaphore filée de la description du visage au sein développe l’idée d’aventure.
            Le rire lié au jeu amoureux donne de la légèreté au texte (le « doux rire brutal » v14 oxymore et le « rire de cristal » v16 sont les réactions de plaisir face aux baisers du jeune homme). De plus l’adverbe « malinement » v4 accentue le côté coquin de la situation.
 
  1. Nature du jeu amoureux

 
            Le jeu se devine au vers 20, où la jeune femme fait semblant de résister « feignant de punir » et où le jeune homme doit braver cette résistance. De plus, le jeu est aussi un jeu de regard (« je regardai » v9 « couleur de cire » il n’est pas à l’aise, ou évoque un rayon de soleil) et un jeu de piste, il se promène sur le corps : « les chevilles » v13 (réponse par un rire), les « yeux » v22 (réponse par « c’est encore mieux !» v24 : superlatif), le « sein » v26 (acceptation).
            Au vers 25, la jeune femme répond positivement, association entre « Monsieur » et « te ». On est dans un jeu de reproche, de fausse pudeur. Les « … » nous laisse imaginer la suite.
            Le poète est entreprenant, mais c’est la jeune femme qui guide les choses (« audace permise » v19). Ainsi cette dernière se laisse faire et même, elle l’incite.
 
II. La sensualité
 
  1. le décor

 
            On trouve une opposition entre le dehors et le dedans :
 
« grands arbres » v2 personnifiés
avec « indiscrets » v2 et « jetaient » v3
« feuillée » v3 désigne leurs yeux
 
Ce sont des voyeurs.
Nous, les lecteurs, sommes inclus dedans.
On est dans la chambre du poète :
« ma grande chaise » v5
« plancher » v7
 
Il y a aussi un jeu de regard entre les amants.
Le décor souligne la sensualité.
 
Le « petit rayon buissonnier » v10 qui se promène rentre dans le milieu intime à la strophe 3  
  1. les sens           

 
            La vue est sollicitée avec les regards indiscrets des arbres, « je regardai » v9.
Le toucher est le champ sémantique dans le texte avec « je baisai » v13 et 22, « frissonnaient d’aise » évoque le contact qui provoque le plaisir. 
L’ouïe est aussi sollicitée avec les rires de la jeune femme (oxymore « doux rire brutal » v14).
            Rimbaud fait le fétichisme du pied. C’est comme un symbole que l’on retrouve dans de nombreux poèmes.
            La relation de plaisir et de découverte amoureuse est montrée dans les gestes de la jeune femme comme « elle jeta sa tête mièvre en arrière » (rejet qui montre le jeu).
 
            Ce poème est plein de légèreté et de fantaisie. Ce thème est récurent dans  les premiers poèmes de Rimbaud.
 
Ouvertures possibles
 
·        Dans quelles mesures la légèreté domine le texte ?
·        En quoi ce texte est l’illustration du badinage amoureux ?


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 4 Juin - 14:59 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
laetitia


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2008
Messages: 17
Le p'tit Français !: 0
2: 0
Le p'tit prof: 0
10: 0,00

MessagePosté le: Dim 8 Juin - 18:53 (2008)    Sujet du message: Première Soirée Répondre en citant

Lecture analytique 3 : 
« Première soirée » 
 
Composition :
Quatrains en octosyllabes que l’on pourrai comparer à une chanson avec un refrain               (= construction cyclique), ce qui accentue la légèreté du texte. Les genres littéraires présents dans ce poème sont : la chanson (refrain), le théâtre (tirets, dialogue), le genre narratif (imparfait de description, passé simple : actions brèves achevées, présent…) et l’autobiographie (« je » et « elle »).
 

Introduction :
            Ce poème a été publié une première fois dans une revue satirique en 1870. Il a eu plusieurs titres (« comédie en trois actes », puis « 3 baisers ») avant de s’appeler « première soirée » définitivement. Dans ce texte, Rimbaud reprend le thème de la sensualité en faisant l’éloge amoureux du corps de la femme. Jeu qui tourne autour du libertinage et de l’innocence.
 

Montrer que l’on est à la fois dans un libertinage amoureux, mais aussi dans l’innocence de la découverte amoureuse.
 

I/ Le jeu amoureux :
a)      description de la jeune femme :
      •    Rimbaud décrit la sensualité de la jeune femme par le physique de celle-ci : elle est « fort déshabillée » (v1), elle a des « petits pieds si fins » (v8/17) et des « fines chevilles ».
      •    La jeune fille fait semblant d’être réticente (se donne un air « ingénu » et « prude »), elle jour de ses charmes pour charmer le poète : « veux-tu venir ! » (v8) et « feignait de punir »  (v20). Ainsi, on note l’ambiguïté de la jeune femme dans les eux premiers quatrains : d’une part, elle est « fort déshabillée », « mi-nue » (v6) mais d’autre part, sa posture surprend : elle est assise sur une chaise, ses mains jointes évoquent une certaine pudeur. Pudeur qu’on associe à une idée de plaisir avec « frissonnait d’aise » (v7). Rimbaud joue sur les proportions, il oppose « ma grande chaise » (v5) aux « pieds si fins si fins » (v8) = épiphore.
      •   La fragilité de la jeune femme est évoquée avec la poésie du blason centrée sur les pieds. A la strophe 3, Rimbaud décrit le sein de la jeune femme « sur son sein » (v12) = allitération en « s », dont la mouche évoque la sensualité ou la coquetterie.
      •    la métaphore filée de la description du visage au sein développe l’idée d’aventure, et le rire lié au jeu amoureux donne de la légèreté au texte : « le doux rire brutal » (v14) = oxymore et le « rire de cristal » (v16) sont les réactions de plaisir face aux baisers du jeune homme.                   
      •    Enfin, l’adverbe « malignement » (v4) accentue le côté coquin de la situation.
 

b)      nature du jeu amoureux :
      •    Le jeu se devine au vers 20, où la jeune femme fait semblant de résister « feignant de punir » et où le jeune homme doit braver cette résistance.
      •    De plus, le jeu est aussi un jeu de regard « je regardais » (v9), « couleur de cire » = il n’est pas à l’aise, où évoque un rayon de soleil. Et un jeu de pistes : il se promène sur le corps « les chevilles » (v13) (= réponse par un rire), « les yeux » (v22) (= réponse par « c’est encore mieux ! » = superlatif) et le sein (v26) (= acceptation).
      •    A chaque étape, la file réagit : Rire brutal = rentre dans le jeu
                                                          « C’est encore mieux » = elle apprécie
                                                          « Monsieur, j’ai deux mots à te dire » = dit nn mais dit ui 
On a donc une réponse positive soit par un rire, soit par un amusement (ou fait semblant de refuser).
       •   Le poète est ambigu : on croit qu’il est audacieux mais en même temps inexpérimenté : il attend la permission d’agir. Le « … » nous laisse imaginer la suite. Le poète est entreprenant, mais c’est la jeune femme qui décide les choses (« audace permise » (v19). Ainsi cette dernière se laisse faire mais en même temps, elle l’incite. 
 

II/ La sensualité :
a)      le décor :
      •    Il y a une opposition entre le dehors et le dedans :
dehors 
dedans 
      • « grands arbres » (v2) = personnifiés avec « indiscrets » et « jetaient ». « feuillée » = les yeux.
      • Ce sont des voyeurs.
      • Les lecteurs sont inclus dans les voyeurs.
      • Chambre du poète avec les termes « ma grande chaise », là où il reçoit les filles (v5) et « plancher » (v7).
      • Jeu du regard entre les amants.
      • Le décor souligne la sensualité.

 

Le « petit rayon buissonnier »(v10) qui se promène rentre dans le milieu intime à la strophe 3.
 

b)      les sens :
      •    La vue est sollicitée par les regards indiscrets des arbres, « je regardais » (v9). Le toucher est le champ sémantique dans le texte avec « je baisais » (v13), « frissonnaient d’aise » = contact qui provoque du plaisir. L’ouie est aussi sollicitée avec les rires de la jeune fille.
       •   Rimbaud fait le fétichisme du pied. C’est comme un symbole que l’on retrouve dans de nombreux poèmes.
        •  La relation de plaisir et de découverte amoureuse est montrée dans les gestes de la jeune femme comme « elle jeta sa tête mièvre en arrière »
 

Conclusion :
            Ce poème est plein de légèreté et de fantaisie. Ce thème est récurrent dans les premiers poèmes de Rimbaud.
Ouvertures possibles :
→ Dans quelles mesures la légèreté domine-t-elle le texte ?
→ En quoi ce texte est-il l’illustration du badinage amoureux ?


Revenir en haut
laetitia


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2008
Messages: 17
Le p'tit Français !: 0
2: 0
Le p'tit prof: 0
10: 0,00

MessagePosté le: Dim 8 Juin - 18:54 (2008)    Sujet du message: Première Soirée Répondre en citant

en fait je crois que c'est exactement la meme que sofy... tant pis

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:49 (2016)    Sujet du message: Première Soirée

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Révision pour le bac de Français Index du Forum -> Révision pour le bac de Français -> Lectures Analytiques Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2015 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template